UN AMOUR

 

Bière qui coule
Roule l’ivresse
Espoir en foule
Houle et caresse.

Un amour insensé
Persiste au creux de moi,
Un amour irréel
Par trop d’encœurement.

Un amour à se perdre,
A voler les saisons,
Un amour à plus d’âme,
A user la raison.

A plage de la vie
Les marées affectives
Poussent un « moi » meurtri
Vers de lointaines rives,

Comment puis-je aimer cette gueuse !
Fiévreusement tu coules en moi,
Tu roules au long de mon délire,
Ton flot caresse mon désir.

A travers le miroir d’un verre
Je me contemple en ton ventre
Et toi tu emplis mon antre,
Ta présence hante mon désert.

Ta rousse blondeur un peu trouble
Et tes cheveux couleur de neige,
Ton goût amer sur mes lèvres,
Ta gaieté offerte, éclatée.

Ce vivant champagne d’étoiles
Au ciel de ma tête extasiée,
La langueur qui tisse sa toile…

A boire ta vie je m’entête,
Tu es bonheur pour un moment.
En cet instant jour de fête
De toi je veux et je reprends.

Tes formes me sont malléables,
Chevaux de feu de mes idées ;
Tu es plus fidèle que femme

Ô Gueuse, ma bière préférée.

***************************

Mais ça c’était avant !
A présent je lui préfère Dame Blanche ! Hé ! Hé ! Hé