QUOTIDIEN  

 

                                               

                                                                                

 

 

 

Orage sur le paysage,

Dans les rues les gens de toujours.
Tu voudrais leur donner des ailes,
Tu dois marcher avec eux.

Laisse les nuages tapageurs
Rouler leurs sourdes querelles.
Des passants passent,
En passant,
Ils n’ont pas l’air mécontents.
Ils vont mais chacun demeure
En son invisible voyage.

Jetons de petits sourires,
Ponts de communication
Pour harmoniser cette Vie
Qui court à en perdre haleine,
Libérer le flux d’Energie
A l’infini.

Eclairs dans le ciel,
Lumière dans les yeux
Comme de petits soleils.
Chaleur dans le soir,
Douceur dans le noir,
La Vie fait la fête
Sur les trottoirs.

Sous les réverbères
Des gens sans mystères                       

Emmènent leurs ombres
                                                                   Au cinéma.
                                                                   Il pleut sur la ville,
                                                                   Paris se faufile
                                                                   Et presse le pas.

                                                                   Les gens en grand nombre
                                                                   Marquent leur empreinte
                                                                   Sur le temps qui court.
                                                                   Sous un ciel rageur
                                                                   Palpite un seul cœur.
                                                                   Douce nuit d’étreinte,
                                                                   Jusqu’au petit jour
                                                                   Paris fait l'Amour

 

                                                                                  ***